Bhoga ou la jouissance de la vie

J’ai beaucoup de chance …. la chance d’avoir commencé le yoga avec une certaine maturité ! J’avais 42 ans. Je me suis laissée aller sans schéma préconçu et sans l’idée même de devenir prof de yoga. Et puis j’ai suivi une formation de vinyasa avec Amie. Beaucoup de pratiques et d’anatomie. Et puis des heures de philosophie. Finalement pas suffisamment ! J’en redemande. Et en définitive, c’est cela qui était bien aussi. Cette possibilité d’entreprendre le chemin qui devait être le sien pour chacun des participants. Le construire à son image. Laisser le temps de sentir ce dont on avait besoin.

Je suis quelqu’un de cérébral, ce qui signifie que j’éprouve des difficultés à sentir les énergies des gens autour de moi. Cela signifie que j’ai besoin de comprendre, de décortiquer. Je devrais utiliser l’imparfait pour cette dernière assertion : je laisse plus parler la compréhension que j’ai de mon corps.

Bref tout cela pour expliquer pourquoi je suis de plus en plus attirée par la philosophie qui sous tend le yoga.

Alors, je continue de me former et notamment sur la philosophie du tantra. Qu’est ce que le tantra ?

Sachez tout d’abord qu’une grande majorité des écoles de yoga aujourd’hui enseigne selon des préceptes issus du tantra.

Le tantrisme est en Inde essentiellement shivaïte, et voue un culte à la Shakti et vise à à son éveil (elle prendra alors le nom de Kundalini). Il est aussi bien pragmatique que spirituel. Il a pour but de s’assurer que l’être humain est toujours connecté au sacré inhérent de la vie et qu’il va élever sa relation à la vie et au SOI.

L’univers ainsi que tout ce qu’il contient est sacré. Afin de se connaitre vraiment et de connaître le monde, on doit démolir le mur qui sépare le spirituel du matériel. Ce n’est pas en bridant nos instincts ou en étouffant nos pulsions que nous pouvons accéder à la libération mais au contraire en les prenant comme tels et en opérant une mutation de leur fonctionnement. Le corps humain est l’univers, il est l’exact reflet du macrocosme. Ce qui est ici est partout, ce qui n’est pas là, n’est nul part. La connaissance du corps et sa maitrise sont un tremplin vers l’éveil spirituel : le tantra permet de se développer au delà de toute limite.

Swami Rama écrivait dans Path of Fire and Light, vol.II, :

Le soleil, la lune, les étoiles, et toutes les lumières que tu peux observer dans le monde extérieur ne sont que des morceaux de cette Grande Lumière qui brille en toi. C’est la lumière de la connaissance, la lumière de la discrimination, la lumière de la compréhension, la lumière de la vie, la lumière du partage et de l’amour, la lumière de l’Etre que tu es Je suis Cela. La lumière intérieure est comme une onde dans le vaste océan de la félicité que nous appelons Brahman, l’Absolu, l’Infini, le Très Grand. Tu es toi même cette onde, tu es une vague. Tu dois toujours croire que cette lumière de vie est vraiment en toi. On dit aussi que la vie est comme une particule, comme une onde. Elle rappelle cette ancienne philosophie qui nous dit que la vie est une vague née de l’océan de félicité, y jouant et s’y résorbant.

La Tantra a notamment comme but : BHOGA (la jouissance), APAVARGA (la libération, l’émancipation) et BHUKTI (l’accomplissement).

BHOGA ce n’est pas la jouissance égocentrique. Bien au contraire. Il s’agit de dépasser la jouissance pure, en prenant conscience que notre individu se place au sein de l’UNIVERS. Mais il est tout à fait normal de considérer que l’homme poursuive le désir du plaisir, du bonheur et du succès. Le désir devient une constante car il y a du désir partout (dépasser le désir est un désir donc un non sens pour le tantra). Le désir, s’il est accompagné du discernement, conduit à l’expansion de la spiritualité et il devient alors l’expression de la divinité. Bhoga est l’expérience réelle de la vie totale, et upa bhoga est l’expérience qui ne permet pas de progresser. Bhoga peut conduire à se libérer, upa bhoga jamais.

Bhoga est l’expérience consciente et totale de sa vie qui permet de tout apprécier. Bhoga concerne les aspects des deux phases de la réalité : bonheur et malheur. C’est ce qui permet de traverser la vie plus léger et plus heureux et de jouir de chaque instant.

Alors ? Qu’est ce que cela signifie ? Et bien que nous traversons des étapes différentes dans notre vie et que si je n’ai connu qu’à 42 ans le yoga, c’est parce que j’ai fait d’autres choses merveilleuses dans ma vie et qu’il n’y a pas de regret à avoir. BHOGA : je jouis de chaque instant en essayant de ne pas me lamenter.

Je jouis de chaque rayon du soleil et je ne crie pas misère dès qu’il pleut ou qu’il vente. BHOGA, c’est sortir de cette léthargie bien répandue dans notre société où au final personne n’est content et où personne ne fait rien. On n’a qu’une vie et il s’agit d’un profiter à chaque moment. BHOGA, cela va être l’art de transformer les difficultés ou les souffrances, les peines et les moments de stress par exemple.

BHOGA cela veut dire être ACTEUR puisque conscient. Et si on est acteur, on peut faire de belles et grandes choses, sortir du pessimisme ambiant et de son égo autocentré limitatif. Et, BHOGA, cela veut dire être heureux. Vivre dans la JOIE. D’ailleurs, c’est à ce moment là qu’on peut mesurer la difficulté du Bonheur, concept éphémère, et la facilité de la Joie, puissant moteur de vie (à ce propos, vous pourrez relire cet article).

SAT CHIT ANANDA
Publicités

2 commentaires sur « Bhoga ou la jouissance de la vie »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s