Note de lecture : Yoga des yeux, yoga du ventre

J’ai lu pendant mes vacances. En fait, je lis tout le temps. Pour changer, pour être plus moderne, je me suis dit : « allez saute sur l’occasion et prends des livres à la bibliothèque sur le yoga ». Je suis tombée sur deux livres sur le yoga des yeux (Le Yoga de la vue, méthode Nakagawa de Kazuhiro Nakagawa; Yoga des yeux de Xanath Lichy) et un intitulé « Yoga du ventre » de Marie-France Farré et Noëlie Cotteaux.

Si je suis constructive (vous avez compris ce qui suivra), je vais dire que c’est bien, le yoga entre partout dans toutes nos vies et nous accompagne. C’est chouette !

Si je ne suis pas constructive, et là franchement je ne le suis pas, je vais dire que l’on met le yoga à toutes les sauces. Et là franchement, stop !

Concernant les livres sur le yoga des yeux, cela pourrait s’intituler « La gymnastique des yeux ». Sur le fond, ce sont des sujets très intéressants. On y apprend d’abord l’anatomie musculaire des yeux et puis ensuite il y a une foultitude d’exercices à réaliser.

Le plus simple que vous pouvez faire en attendant le bus, ou en buvant votre café ou en faisant une pause devant l’ordinateur, c’est :

1/ ne regarder plus d’écran (radical !)

2/ sans bouger la tête, regarder le plus en l’air possible 10 s; fermer les yeux fortement, 10 s; regarder le plus possible en direction du sol 10 s; fermer les yeux fortement, 10 s; regarder sur le côté droit 10 s; fermer les yeux fortement, 10 s; regarder sur le côté gauche 10 s; fermer les yeux fortement, 10 s;  rouler les yeux en haut sur le coté droit en bas sur le coté gauche en haut, 10 s; fermer les yeux fortement, 10 s; rouler les yeux en haut à gauche en bas à droite en haut, 10 s; fermer les yeux fortement, 10 s;

3/ frotter les paumes de mains jusqu’à sentir la chaleur et déposer vos mains sur vos paupières closes et respirer tranquillement.

Évidemment, il y a une multitude d’exercices qui sont du domaine de l’orthoptie.

Concernant le livre Yoga du ventre :

9782017085195-001-T.jpeg l’ouvrage est très bien écrit et très didactique. Il comporte 3 parties : les troubles digestifs,la yogathérapie, l’approche naturopathique.

Chacune des parties est complète, fouillée, joliment documentée.

MAIS je trouve le passage sur le yoga trop simplifié. Avec un tel titre, je m’attendais à plus. Les explications sont claires : description de la posture et de l’effet produit sur le ventre et ses organes. Je suis extrêmement déçue par la partie sur le pranayama / krya : rien sur le soufflet de forge (bastrika) ou le brassage abdominal (nauli avec uddhyana bandha).

Si vous débutez le yoga, si vous avez des problèmes d’ordre digestif et que vous n’avez jamais rien entrepris jusqu’à maintenant, alors ce livre est pour vous. Les postures décrites sont très simples et restent de simples exercices à réaliser. Toute la partie anatomique et les divers conseils en phytothérapie, massages, diètes, modes de cuisson, aliments à éviter sont très bien.

Au passage un petit truc pour ceux qui souffrent de constipation : buvez un verre d’eau chaude après chaque repas. Effet garanti (plus ou moins vite !!!)

Pour ma part, j’ai lu l’excellent livre de Giulia Enders « Charme discret de l’intestin », je suis une dynacharia (je reviendrai un jour dessus) ayurvédique (discipline au quotidien issue de la médecine ayurvédique), je pratique régulièrement le yoga, je suis traitée par acupuncture pour mes migraines (dont une partie sont en lien avec mon foie et mon pancréas), on mange bio et on diminue la viande et j’utilise des huiles essentielles. Alors ce livre arrive un peu tard : je n’y ai pas trouvé les informations intéressantes pour moi. C’est pourquoi j’incite les personnes qui n’ont pas de connaissance de leur corps et des moyens d’agir à se le procurer (prix très modique) : vous aurez en un seul ouvrage ce que j’ai mis du temps à collationner. Par contre, si vous baignez dedans, ce n’est pas la peine.

Mon petit truc à moi : en cas de mal de ventre, j’utilise l’HE de basilic tropical avec une huile végétale et je masse. Puis une petite bouillote. Et une tisane anis, menthe, verveine ! Et j’essaie d’identifier la source …. bien souvent une contrariété. Alors, je respire calmement pour détendre tout cela et je travaille sur la contrariété (bon des fois, cela ne marche pas du TOUT).

En définitive ce qui me déplait, c’est l’utilisation abusive, parce que c’est à la mode, du mot yoga.

Cette mode du « feel good », de la nécessité de s’écouter … j’ai peur que sous couvert d’entendre ce que le corps dit, on finisse par se retrancher derrière son individualisme / égoïsme. En effet, je ne cesse d’entendre qu’il faut s’écouter, réaliser ce que « moi » veut. Sauf que je trouve notre société de plus en plus individualiste, retranchée sur elle-même ou plutôt chacun sur soi (et pas le SOI ultime dont je parle régulièrement). Le Soi du yoga c’est l’ouverture aux autres. Le Soi du yoga, ce n’est pas balancer des trucs blessants à l’autre parce que j’utilise la Communication Non Violente. Sous couvert de se libérer et d’instaurer un pseudo dialogue, je vois surtout des gens dont la parole se libère. Oui mais … oui mais, s’écouter cela signifie que je peux m’épanouir et que cet épanouissement est bénéfique pour tous. C’est difficile à pratiquer : je retombe régulièrement dans le panneau.

Quand j’étais petite j’avais appris cette définition de la liberté : ma liberté s’arrête là où commence celle des autres. Elle signifie respect. Et parce qu’il y a respect, il y a une liberté infinie. Je m’égare … je reviendrai très certainement sur le sujet, le temps de potasser un peu quand même …

« Ferme les lèvres et contemple les profondeurs de la mer à l’intérieur de toi. » Rumi.

4 commentaires sur « Note de lecture : Yoga des yeux, yoga du ventre »

  1. Cool l’article. Pour que tu mettes fin à tes inquiétudes, je te conseille de lire le livre Intelligence Émotionnelle de Daniel Goleman. Il nous apprend que s’écouter, comprendre ses sentiments et émotions est un grand facture pour de meilleures interactions sociales, une meilleure confiance en soi et avec les autres, etc. Il explique que le quotient intelligence (l’intelligence comme on l’entend depuis plusieurs dizaines d’année) n’est pas la meilleure donnée à prendre en compte. Un pur livre de psychologie et de développement personnel. Garni d’exemples et de références d’universitaires.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s