Quels bénéfices puis-je attendre de la pratique du yoga ?

C’est en partant d’une simple recherche de la signification de bhavana (pour bhavana, il faudra attendre un peu !) que j’en suis venue à m’interroger sur les bénéfices du yoga. Ne cherchez pas un lien entre les deux, il n’y en a pas. C’est que je suis tombée sur un article parlant des bénéfices du yoga en cherchant sur internet.

On présente souvent le yoga comme étant bénéfique. Vous pouvez le voir sur nombre de revues, de blog, sur facebook ou autres. Cela l’est bien sûr et ce n’est pas tout à fait le propos. Cela tient plutôt à l’autre terme de la question du titre : attendre.

Faut il pratiquer le yoga pour obtenir quelque chose ?

Dans notre société actuelle, rien n’est fait gratuitement. On agit pour obtenir un gain. On en perd la patience et la possibilité que ‘entreprise ne serve à rien. Concernant le yoga, on en arrive parfois à des situations qui me laissent sceptique, pour ne pas dire autre chose. L’autre jour par exemple, une jeune femme en surpoids demandait si faire du yoga allait lui faire perdre 40 kg. Au delà du fait que cette personne a un véritable souci physique de santé, on sent aussi sa fragilité. S’exposer ainsi, cherchant une solution à son problème. Et là, je lis que « mais oui vas-y crois-y tu vas maigrir », « oui, bien sûr faire du yoga va te faire perdre du poids ». J’ai été abasourdie. Maigrir en ne faisant que du yoga, cela se saurait. Je trouve malhonnête de mettre le yoga à toutes les sauces. et puis la phrase à deux balles, vas-y crois-y.

J’ai une maladie chronique. Je peux me répéter que j’y crois que je vais réussir à me guérir, il n’en demeure pas moins que cela fait 25 ans que je vis avec.

Peut-être commençons nous avec l’intention de retirer un avantage de la pratique de yoga. C’est comme ça, nous sommes ainsi modelés. Mais aujourd’hui, après un an, dix ans, cherchez vous encore quelque chose ?

Je ne cherche pas. Je ne cherche plus. J’ai passé cette limite. J’ai même cessé de vouloir absolument faire du yoga tous les jours.

C’est vrai que les yoga sutra parlent de discipline et de régularité, abhyasa et tapas par exemple. Mais je crois que la première chose à réaliser et l’absence de désir et d’attente. Ce que l’on retrouve dans le détachement prêché par Krishna à Arjuna dans la Bhagavad Gita.

48 .Il ne faut pas, ô fils de Kuntî, se dérober à l’acte, même s’il apparaît coupable, qu’impose à chacun sa naissance ; car, comme le feu se mêle de fumée, toute activité se mêle d’imperfection.

49. L’esprit libre de tout attrait, maître de soi, affranchi de tout désir, s’élève par le détachement à la perfection suprême qu’est la suppression de l’acte.

L’attente, la volonté de tirer un bénéfice, non seulement créent le trouble en soi, nous aveuglent mais nous poussent aussi sur la route de la course à la perfection. Or, on le sait, la perfection est un puits sans fond comme les désirs matériels. On veut toujours plus. La perfection n’existe pas : elle grimpe d’un degré à chaque fois qu’on pense l’avoir atteinte.

Depuis plus d’un an, parallèlement au yoga, je m’intéresse au bouddhisme. Mon esprit a beaucoup de mal à comprendre certains concepts, comme celui de la vacuité par exemple. Alors je cherche. Je repousse à chaque fois la limite. Avec un peu de recul, je sens qu’il fat que je lâche car à un moment quelque chose se passera. Mais mon esprit n’est pas encore prêt. Pour autant, sur d’autres aspects, j’ai complètement lâché ou je suis en cours (c’est pas tout le temps facile, hein !). Une des choses que je regarde de plus en plus c’est la colère. La colère est un moteur, elle fait réagir. Et en même temps, conjuguée avec l’envie par exemple, elle est perverse. Oui il s’agit d’une émotion perverse. La Médecine Chinoise Traditionnelle, la classe ainsi. La colère permet de se défendre, de réagir et parfois d’aller vers l’avant. On est en colère parce que nos valeurs ont été touchées. Mais mes valeurs ne sont pas forcément les valeurs de l’autre.

J’ai senti beaucoup de colère il y a peu. Je l’ai vue. Je l’ai reconnue. Un moment elle m’a bien tenue. Et puis j’ai essayé de la faire partir. Avec la respiration. Oui. Mais aussi en la considérant. Pourquoi ? J’ai essayé de me mettre à la place de la personne qui a été à l’origine de ma colère. Mes valeurs ne sont pas d’accord avec son comportement MAIS je peux comprendre.

Si j’attendais du yoga qu’il me permette de ne plus sentir de la colère, alors j’ai encore du boulot. Par contre, je pense que j’ai appris à reconnaitre aussi l’émotion de l’autre, même si cela me met dans tous mes états.

Si j’attends un bénéfice, suis je en mesure de sentir ce qu’est vraiment le yoga ? Cette attente n’est-elle pas finalement antinomique avec yoga ?

Bien sûr, si on donnait tous une définition de yoga, je suis certaine qu’on aurait non seulement pas mal de définitions, mais qu’en plus celles-ci recouvriraient en partie les bénéfices attendus du yoga.

Alors faut-il attendre des bénéfices de la pratique de yoga ? Quand vous méditez le matin ou bien quand vous entamez une pratique, attendez vous quelque chose : le calme, la sérénité ou bien faites vous sans AUCUNE, aucune attente ? Pas simple car pour moi « se faire du bien  » est une attente.

Cela m’arrive parfois de ne strictement rien attendre. C’est alors dans ce moment là que quelque chose d’encore plus profond se passe. De non descriptible.

Et pourtant peut être que dans l’heure suivante, mes désirs vont venir flouter ce sentiment. En fait, je me rends compte que petit à petit certaines choses se mettent en place.

En me lisant, vous vous direz que j’ai commencé récemment le yoga ou alors que je suis présomptueuse et que j’ai vraiment du boulot à faire. Cela fait 8 ans que je fais du yoga (notion très large pour moi et qui s’élargit d’ailleurs au fur et à mesure pour sortir de ce qui est conventionnellement réalisé lors d’un cours sur un tapis). Et oui, j’ai du boulot ou plutôt je n’ai rien à faire, cela arrivera quand cela arrivera. Je veux dire que subtilement les choses s’installent, muent apparaissent ou disparaissent. Cet article peut vous paraître bizarre, abscons, sans queue ni tête, mais en fait j’essaie de vous faire toucher du doigt l’inexplicable sur le yoga. On n’a rien à attendre du yoga et de sa « pratique ».

3 réflexions au sujet de « Quels bénéfices puis-je attendre de la pratique du yoga ? »

  1. Merci pour ta sincérité et ta colère aussi, elle est porteuse de remise en question …pour toi mais aussi pour chacun de nous à titre différent et que le Yoga soit là ou pas… il y a ce qui nous bouleverse et nous révolte comme la précarité, le mal vivre, la situation internationale, la guerre, les conflits, mais ils ne sont peut être que la même expression d’une forme d’impuissance individuelle aussi à lâcher prise, à accepter les pensées divergentes..on parle alors de trouver des réponses pour gagner plus de sérénité,…le yoga en est une .Merci Caro. Gab

    Aimé par 2 personnes

  2. La colère est un long combat , moi aussi j ai encore de la colère mais grâce au yoga je peux mieux l empêcher de monter en moi , avant elle me faisait mal maintenant … un peu moins , continuons à devenir. Meilleures… petit à petit , doucement ….

    Aimé par 1 personne

    1. c’est vrai je me surprends à ne plus envoyer de scud même si parfois cela me démange. J’ai énormément progressé … mais il reste pas mal de boulot. Je dois surtout apprendre à ne plus culpabiliser quand j’ai de la colère. Je la garde pour moi et cans ces moments là je ne suis pas sympa avec moi car je me dis que je me maltraite aussi en n’exprimant pas plus clairement ce que je ressens… hè oui, petit à petit …🙃

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s